Arthen-Bugerbivore

Association

Sortie Nature lors du festival

Comme les années précédentes, l’association ARTHEN-Bugerbivore  sera présente sur le festival 2020.

Une sortie nature « découverte du tarpan » aura lieu  le dimanche 17 Mai  à 10h00  sur le Parc de Tavassieu  à  Aranc.

Pour y participer, veuillez-vous inscrire sur le stand de l’association  (nombre de participants limités).

Lien internet :
Page Facebook :

Le Tarpan

Le tarpan est le plus proche descendant de cheval sauvage européen apparu après la dernière glaciation et qui a peuplé certains de nos territoires, notamment dans le massif du Jura. Issu de métissages avec les chevaux domestiques arrivés au Néolithique, certains de ces chevaux ont survécu à l’état sauvage en Europe orientale jusqu’au 19ème siècle. Une souche domestiquée a pu être sauvée en Pologne au début du 20ème siècle.

Le Projet Tarpan vise à conserver les caractères  « primitifs » de ce cheval et à le promouvoir en tant que « gestionnaire écologique » de certains espaces naturels mais aussi en tant qu’ « animateur nature » du territoire.

LES TARPANS DU BUGEY

Le programme intitulé Les Tarpans du Bugey est une déclinaison régionale du Projet Tarpan. Il s’est développé initialement sur trois sites du plateau d’Hauteville : le marais de Vaux, le parc de Tavassieu et le parc de la Mélogne.

Aujourd’hui, les tarpans sont principalement présents sur les deux derniers ainsi que sur le parc de Côte Savin, à  plus basse altitude (commune de l’Abergement de Varey).

Les individus présents sur ces parcs font l’objet d’une « sélection à rebours » afin de conserver les caractéristiques génétiques et phénotypiques de cette lignée.

Le programme Les Tarpans du Bugey  est soutenu par le département de l’Ain.

RETOUR AU NATUREL

Grâce à leur grande résistance naturelle et à leur adaptation comportementale découlant de leur origine sauvage, les tarpans retrouvent les comportements naturels, largement oubliés chez le cheval domestique. Ils supportent les conditions les plus rudes, notamment climatiques. Ils ne font l’objet d’aucune intervention vétérinaire programmée en dehors du « puçage » (obligation administrative) et ne sont, bien entendu, pas parés. Pierre à sel et affouragement complémentaire en cas de nécessité (en fin d’hiver et de façon discontinue) sont les seuls apports consentis. L’absence de traitement antiparasitaire évite tout apport de substances très toxiques dans le milieu naturel, particulièrement dommageable pour la petite faune.

Leur intervention sur la végétation ligneuse envahissante contribue au maintien des milieux ouverts favorables à une certaine biodiversité.

Vous pouvez aussi lire l’Histoire « naturelle » du tarpan  cliquer sur ce  lien

Julien Arbez Portraitmarc-bidoul-portrait